Le plomb n'a aucun rôle physiologique connu chez l'Homme : sa présence dans l'organisme témoigne toujours d'une contamination. Le plomb est toxique, même à faible concentration.

Il a des effets nocifs particulièrement chez l'enfant, ainsi que chez la femme enceinte et son bébé contaminé par voie sanguine.

Outre la voie sanguine, il peut être incorporé par voie digestive ou respiratoire. Il se distribue ensuite dans le sang, les tissus mous, et surtout dans le squelette (à 94%) où il s’accumule progressivement et reste stocké très longtemps.

Les effets du plomb sont particulièrement graves chez les enfants (effets neurologiques, retard de développement, perte de points de quotient intellectuel).

Depuis juin 2015, une imprégnation chez les enfants correspondant à 50 μg de plomb par litre de sang entraîne une déclaration obligatoire du cas, ainsi que des mesures d’intervention d’urgence visant à supprimer l’exposition au plomb.