Communiqué UNICEF et Pure Earth – Un tiers des enfants du monde est intoxiqué au plomb

Publié le 28 juillet 2020

UNICEF et Pure Earth demandent que des mesures soient prises d’urgence pour abolir les pratiques dangereuses, y compris le recyclage informel des batteries au plomb.

NEW YORK, le 30 juillet 2020 – L’intoxication au plomb touche une proportion d’enfants très importante et inconnue jusqu’alors, d’après un nouveau rapport publié aujourd’hui par l’UNICEF et Pure Earth.

Ce rapport, le premier de ce genre, indique qu’environ un enfant sur trois – soit jusqu’à 800 millions d’enfants dans le monde – a un taux de plomb dans le sang supérieur ou égal à 5 microgrammes par décilitre (µg/dl), le niveau à partir duquel il est nécessaire d’intervenir. Près de la moitié de ces enfants vivent en Asie du Sud.

« Avec peu de symptômes précoces, le plomb cause silencieusement des ravages sur la santé et le développement des enfants et peut avoir des conséquences mortelles », explique Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF. « Connaître l’étendue de la pollution au plomb et comprendre les dégâts qu’elle cause dans la vie des individus et des communautés doit inciter à intervenir d’urgence pour protéger les enfants une bonne fois pour toutes. »

Le rapport, intitulé The Toxic Truth: Children’s exposure to lead pollution undermines a generation of potential (La vérité toxique : l’exposition des enfants à la pollution au plomb sape le potentiel d’une génération), est une analyse menée par l’Institute of Health Metrics Evaluation (IHME) et confirmée par une étude dont la parution dans la revue Environmental Health Perspectives a été approuvée.

Les auteurs du rapport notent que le plomb est une puissante neurotoxine qui cause des dégâts irréversibles au cerveau des enfants. Il a des effets particulièrement dévastateurs chez les nourrissons et les enfants de moins de 5 ans, car il endommage leur cerveau avant que celui-ci ait pu se développer complètement, entraînant ainsi des déficiences neurologiques, cognitives et physiques irréversibles.
 
Des liens ont également été établis entre l’exposition au plomb des enfants et des troubles de santé mentale et de comportement et une hausse des actes criminels et de la violence. Les enfants plus âgés subissent de graves conséquences, dont un risque accru de lésions rénales et de maladies cardiovasculaires ultérieures, peut-on lire dans le rapport.

D’après les estimations, l’exposition des enfants au plomb coûterait aux pays à revenu faible ou intermédiaire près de 851 milliards d’euros en raison de la perte de potentiel économique de ces enfants tout au long de leur vie.

Il est noté dans le rapport que le recyclage informel ou non conforme aux normes des batteries au plomb est une cause majeure de l’intoxication au plomb des enfants dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où le nombre de véhicules automobiles a été multiplié par trois depuis 2000. Du fait de cette hausse et du manque de réglementation et d’infrastructure de recyclage des batteries de véhicules, jusqu’à 50 % des batteries au plomb sont recyclées dans l’économie informelle dans des conditions dangereuses.

Les employés de petites entreprises de recyclage dangereuses et souvent illégales ouvrent les boîtiers de batterie de force, déversent l’acide et la poussière de plomb sur le sol et font fondre le plomb ainsi récupéré dans des fourneaux sommaires à ciel ouvert qui émettent des fumées toxiques pour les habitants des quartiers environnants. Les employés et les habitants ne savent souvent pas que le plomb est une puissante neurotoxine.

Les sources d’exposition au plomb des enfants sont nombreuses. Il peut notamment être présent dans l’eau parcourant des canalisations en plomb, provenir d’activités industrielles comme l’extraction minière et le recyclage de batteries et se trouver dans des peintures et des pigments à base de plomb, dans l’essence au plomb (bien que l’utilisation de ce type d’essence ait considérablement diminué ces dernières décennies après avoir auparavant été une source importante de contamination), ainsi que dans les soudures de boîtes de conserve et dans les épices, les cosmétiques, les médicaments ayurvédiques, les jouets et d’autres produits de grande consommation. Les parents qui manient du plomb dans leur travail rapportent souvent à leur domicile de la poussière de ce métal sur leurs vêtements, leurs mains et leurs chaussures, ainsi que dans leurs cheveux, exposant ainsi sans le vouloir leurs enfants à cet élément toxique.

« Heureusement, le plomb peut être recyclé en toute sécurité sans exposer les travailleurs, leurs enfants et les quartiers environnants. Les lieux contaminés peuvent être assainis et remis en état », explique Richard Fuller, Président de Pure Earth. « Les gens peuvent être informés des dangers du plomb et on peut leur donner les moyens de se protéger et de protéger leurs enfants. Le retour sur investissement est énorme : une meilleure santé, une productivité accrue, un QI plus élevé, moins de violence et un avenir meilleur pour des millions d’enfants sur la planète. »

Si les taux de plomb dans le sang ont considérablement diminué dans la plupart des pays à revenu élevé depuis l’élimination progressive de l’essence au plomb et de la plupart des peintures à base de plomb, ces taux demeurent importants et souvent dangereusement élevés parmi les enfants des pays à revenu faible ou intermédiaire, même dix ans après l’élimination progressive de l’essence au plomb dans le monde.

Le rapport présente cinq études de cas dans des pays où la pollution au plomb et à d’autres métaux lourds toxiques nuit aux enfants. Il s’agit de Kathgora, au Bangladesh ; de Tbilissi, en Géorgie ; d’Agbogbloshie, au Ghana ; de Pesarean, en Indonésie ; et de l’État de Morelos, au Mexique.

Les auteurs du rapport notent que les gouvernements des pays concernés peuvent remédier à la pollution au plomb et à l’exposition des enfants en adoptant une approche coordonnée et concertée dans les domaines suivants :

•    Systèmes de suivi et de comptes rendus, y compris le renforcement des capacités de test du taux de plomb dans le sang ;
•    Mesures de prévention et de contrôle, y compris la prévention de l’exposition des enfants à des lieux à haut risque et aux produits contenant du plomb, comme certains objets en céramique, peintures, jouets et épices ;
•    Gestion, traitement et assainissement, y compris le renforcement des systèmes de santé pour qu’ils puissent dépister, suivre et traiter l’exposition au plomb parmi les enfants ; et l’apport aux enfants d’interventions éducatives renforcées et de thérapies comportementales et cognitives pour mieux gérer les effets négatifs de l’exposition au plomb ;
•    Sensibilisation du public et changement des comportements, y compris la mise en place de campagnes continues d’information du public sur les dangers et les sources de l’exposition au plomb, assorties d’appels directs aux parents, aux écoles, aux responsables communautaires et aux agents de santé ;
•    Législation et politiques, y compris l’élaboration, la mise en œuvre et l’application de normes environnementales, sanitaires et sécuritaires relatives à la fabrication et au recyclage des batteries au plomb et des déchets électroniques et l’application aux activités de fonderie de réglementations sur l’environnement et la qualité de l’air ;
•    Action mondiale et régionale, y compris la création d’unités de mesure standardisées à l’échelle mondiale pour vérifier les résultats des interventions menées contre la pollution sur la santé publique, l’environnement et les économies locales ; la mise en place d’un registre international de résultats anonymisés des études sur les taux de plomb dans le sang ; et la création de principes et normes internationaux applicables au recyclage et au transport des batteries au plomb usagées.

Télécharger le rapport ici : https://www.unicef.org/reports/toxic-truth-childrens-exposure-to-lead-pollution-2020
Télécharger du contenu multimédia ici : https://weshare.unicef.org/Package/2AM408PN7ILM

À propos de Pure Earth
Réduire la pollution, sauver des vies, protéger la planète
Pure Earth sauve et améliore des vies, en particulier celles d’enfants des milieux pauvres, en réduisant la pollution à l’origine de maladies. Nous identifions les lieux hautement toxiques et enseignons aux communautés comment améliorer la qualité des sols, de l’eau et de l’air au moyen de solutions présentant un bon rapport coût-efficacité. Associé à nos recherches innovantes et nos activités de plaidoyer, ce travail sur le terrain fait de la lutte contre la pollution une priorité mondiale.