Flint – Michigan : Du plomb dans les têtes

Le Monde daté du 27 avril 2016 revient sur l’empoisonnement de la population de Flint par une eau impropre à la consommation car contenant notamment du plomb à très haute dose.
Pendant 18 mois, les habitants de cette ancienne ville industrielle, dévastée par la crise, ont consommé de l’eau saturée de plomb.
Pourquoi ? Principalement en raison de la politique d’austérité imposée à cette ville placée en état d’urgence financière depuis 2011. Jusque-là, l’eau était fournie par Détroit, la capitale de l’État. Trop cher. Décision est prise de couper ce robinet et de puiser l’eau de la rivière de Flint, une eau non seulement fortement plombée, mais particulièrement corrosive. L’ensemble de la tuyauterie de la ville en a été affecté.
Depuis octobre 2015, à la suite du scandale que cette situation a provoqué, l’eau de Détroit alimente de nouveau Flint, mais elle passe par des tuyaux plombés et corrodés.
L’article du Monde met en évidence les diverses questions posées sur les responsabilités du personnel politique de l’État et des administrations. Le gouverneur du Michigan, qui exclut de démissionner, a mis en place une commission qui a pourtant jugé que cette crise relevait «  d’erreurs de gouvernance, d’intransigeance, d’impréparation, de retards, d’inaction et d’injustice environnementales ». Ainsi, les services de santé de l’État conseillaient-ils de faire bouillir l’eau avant de la consommer, comme si l’ébullition éliminait le plomb. Ainsi encore proposait-on aux résidents de faire couler l’eau une dizaine de minutes avant de la consommer.
Tout ceci n’est pas arrivé par hasard, dans cette zone où il existe une forte concentration de populations noires et pauvres.
Les locaux des associations de Flint et les bâtiments municipaux regorgent de palettes de bouteilles d’eau. Une aide d’urgence qui risque de se prolonger encore. Les travaux de remise aux normes des canalisations devraient coûter 1,5 milliards de dollars et durer plusieurs années.

Lien vers l’article « Du plomb dans les têtes »