Category Archive Actualités

Contre les expulsions, pour un logement décent – Mobilisation du 11 juillet à l’appel du DAL !

Non aux expulsions, aux remises à la rue, et aux coupures d’énergie !

UN LOGEMENT DÉCENT, stable, abordable, accessible,respectueux du climat et de l’environnement, POUR TOU.TE.S !!

MOBILISONS-NOUS,  SAMEDI 11 JUILLET
En Ile-de-France : 15h à Palais Royal

Journée européenne d’actions pour le logement

Samedi 28 mars pour le logement !
Contre les expulsions, le logement cher, la spéculation,
Pour l’Ile de France : RV 15H Place du Chatelet, Paris

Communiqué de presse du DAL – Coronavirus et logement : des mesures exceptionnelles et de bon sens s’imposent pour gagner la guerre !

Nous vous invitons à lire le communiqué de presse du DAL concernant le Coronavirus et le logement. Vous pouvez y accéder en cliquant ici.

Informations AFVS Coronavirus

Suite à l’annonce du Président de la République du 12 mars 2020 et aux décisions de différentes institutions, l’AFVS a décidé d’annuler ses permanences et les visites à domicile jusqu’à nouvel ordre. Nous ne recevrons aucune famille, en revanche, les dossiers continueront d’être suivis. Nous vous demandons d’envoyer vos documents par voie postale (AFVS 20 villa Compoint – 75017 Paris) , mail (afvs@afvs.net) ou whats’app (06 99 89 19 39)

Nous serons joignables tous les jours par téléphone sur les numéros suivants : 09 53 27 25 45 ou 06 99 89 19 39

A bientôt,

L’équipe de l’AFVS

Rejet par les eurodéputés de la proposition de la Commission européenne d’autoriser une certaine quantité de plomb dans le PVC recyclé

Les eurodéputés ont rejeté la proposition de la Commission européenne mercredi 12 février par 394 voix pour, 241 contre et 13 abstentions. 
Ce dossier n’est pas achevé : Avec cette opposition des eurodéputés, l’exécutif européen doit désormais soit soumettre un projet modifié, soit en présenter un nouveau.

Communiqué officiel du Parlement Européen

Contre la présence de plomb dans le PVC pour protéger la santé publique et l’environnement

Presse :

Ouest-France – Du plomb dans le PVC recyclé ? Les eurodéputés disent non à la Commission européenne

Participation de l’AFVS à la journée « pour un environnement favorable à la santé du jeune enfant » organisée par le réseau ÎSÉE (Île-de-France SantÉ Environnement).

La journée se déroulera le mardi 3 décembre 2019 de 9 à 17 heures.

Au Centre Espoir – Cité de Refuge, 12 Rue Cantagrel, 75013 Paris

Le programme détaillé est disponible sur ce lien.

L’inscription est obligatoire via ce lien.

Au cours de la journée, les intervenants se questionneront sur les enjeux de la construction d’un environnement sain pour le jeune enfant. Après une présentation des premiers mois du réseau, les nombreux intervenants aborderont les risques qui traversent la maternité, l’environnement intérieur, le lieu de garde et l’école ainsi que les nouvelles pratiques pour limiter ces risques.

L’AFVS tiendra un stand lors de cette journée organisée par le
ÎSÉE (Île-de-France SantÉ Environnement) dont elle est membre.

L’exposition au plomb est particulièrement dangereuse pour les jeunes enfants. L’action de l’AFVS vise à endiguer les risques de saturnisme.

ND de Paris – Conférence de presse 5 août 2019

Avant la reprise du chantier Notre-Dame, un collectif de syndicats CGT et d’associations demande le confinement total du site et la création, à l’Hôtel-Dieu, d’un centre de suivi pour toutes les personnes exposées.
Une conférence de presse animée par les syndicats CGT et associations aura lieu lundi 5 août 2019, à 11H place du parvis de Notre Dame à Paris.

Après un rapport de l’inspection du travail et trois mois d’alertes successives – tant de la part des médias, que des associations et syndicats, confrontés à l’inquiétude des agents de nettoyage, des travailleurs du chantier, de tous ceux/celles dont l’activité est proche du site, des riverains, commerçants, familles, etc… – le préfet de région a suspendu le chantier pour cause de pollution au plomb. Nous savons maintenant que celle-ci ne concerne pas seulement le site de Notre-Dame mais les quartiers situés à proximité. Le non-confinement du chantier entraîne en outre, inéluctablement, le ré-envol des poussières présentes sur tout l’édifice et sur le parvis, bien au delà des limites du chantier, ces poussières venant s’ajouter à la contamination initiale.

Refusant toute polémique concernant les seuils avancés par l’administration, nous tenons à rappeler que le plomb – neurotoxique, reprotoxique, cancérogène et toxique cardio-vasculaire – est dangereux quel que soit le niveau d’exposition. Les seuils réglementaires sont des valeurs de gestion du risque. Il s’agit de seuils d’intervention visant à déterminer les actions nécessaires pour faire cesser la contamination, non pour laisser les personnes exposées.

Nous considérons que la gravité de la situation exige des mesures à la hauteur des menaces qui pèsent sur tous ceux/celles qui, depuis plus de trois mois, vivent et travaillent en permanence dans les lieux contaminés. Il faut arrêter la dissémination de cette pollution toxique et l’exposition possible de tous ceux/celles qui vivent, travaillent, circulent dans les arrondissements touchés.

Le chantier doit être confiné dans sa globalité, comme le prévoit le code du Travail pour tous travaux impliquant les risques Cancérogènes, Mutagènes et Reprotoxiques (CMR).

Une cartographie rigoureuse de la pollution au plomb, telle que, les uns et les autres, nous la demandons depuis le mois d’avril, doit être faite et actualisée à intervalles réguliers, les résultats devant être rendus publics.

Enfin, nous demandons la création, à l’Hôtel Dieu, d’un centre, non pas seulement de dépistage, mais aussi de suivi pour toutes les personnes exposées – pompiers, travailleurs, riverains, etc… – et pas seulement les enfants de moins de 7 ans et les femmes enceintes, même si une attention particulière doit les concerner. L’objectif est celui d’un suivi clinique, psychologique et social, qui devra s’inscrire dans la durée compte tenu des délais d’apparition des différents troubles associés à l’intoxication au plomb.

Nous refusons, d’emblée, qu’un prétexte de « coût » nous soit opposé. La reconstruction de Notre-Dame implique, en premier lieu, le respect de la vie et de la santé. Ce qui n’a pas été le cas jusqu’à présent.

De plus amples détails seront donnés au cours de la conférence de presse.

Notre Dame de Paris : informations de base sur le saturnisme et précautions à prendre

Précautions pour les professionnels aux abords de Notre-Dame

Saturnisme : maladie professionnelle

Les pouvoirs publics n’ont pas publié, jusqu’à présent, de cartographie des repérages de pollution notamment en plomb de l’air, de l’eau et des sols, dans et autour de la cathédrale, et dans les zones où ces particules se sont déposées (large périmètre au moins au niveau et à l’ouest de Notre-Dame), à l’extérieur et à l’intérieur des bâtiments. Le communiqué de presse du 9 mai de l’Agence Régionale de Santé fait seulement état de « prélèvements réalisés aux alentours (qui) démontrent la présence de dépôts de poussières résiduelles de plomb …sur le parvis de la cathédrale, et sur la voirie avoisinante, avec une présence ponctuelle très importante de plomb dans les sols, à des niveaux environ 10 à 20 g/kg de sol », soit 30 à 70 fois plus que les normes ci-dessous du Haut conseil de santé publique (HCSP), et « dans les étages supérieurs de locaux administratifs donnant sur la cathédrale (poussières) ».

Rapport HCSP à partir desquels on dépiste et où l’on peut s’attendre à avoir une plombémie supérieure à 50µg/L (seuil de diagnostic du saturnisme)

Les pouvoirs publics n’ont pas non plus organisé de réseau pour une information complète, précise et adaptée sur les risques sanitaires et les mesures de protection. Nous ne disposons donc en l’état actuel que de mesures individuelles.

Face à ce manque et vu l’urgence à réagir et se protéger dans ce contexte de risque d’intoxication par les particules de plomb largement diffusées lors de l’incendie de Notre-Dame, voici donc quelques informations sur le saturnisme et sur les mesures de protection individuelles:

Intoxication par le plomb

  • Les particules de plomb sont invisibles à l’oeil nu, inodores, sans goût particulier, n’irritent pas les les yeux ni les voies respiratoires, en particulier, elles ne provoquent pas de crise d’asthme.
  • Elles pénètrent par les voies cutanées, et surtout respiratoires et digestives.
  • Elles gagnent les tissus mous (cerveau, rate, foie, reins…) et le sang où elles séjournent pendant environ huit semaines. Le plomb est alors repérable grâce à un dosage sanguin (plombémie), réalisé sur prescription médicale, remboursable par l’assurance maladie. Depuis juin 2015, l’état a fixé un niveau d’intervention rapide à 50 microgrammes de plomb par litre de sang (50µg/L) et un niveau de vigilance à 25 µg/L, pour les moins de 18 ans et les femmes enceintes. Ce niveau devrait être zéro puisque le plomb ne se trouve pas naturellement dans le corps où ses actions sans effet de seuil ne sont que toxiques.
  • Passé ce délai d’environ huit semaines, le plomb sera stocké dans les os pendant des dizaines d’années (jusqu’à trente ans). Il sera relargué (reviendra dans la circulation générale) à l’occasion notamment d’une grossesse (avec risque de contamination de la génération suivante), d’ostéoporose, d’immobilisation prolongée. Le dosage osseux n’est pas sans risque et il est très peu pratiqué. 
  • L’intoxication par le plomb (saturnisme) est une maladie à déclaration obligatoire. Un protocole est à la disposition de tous les médecins.
  • Aucun signe particulier n’est alors repérable, tout au plus : fatigue, anémie, agitation ou apathie, douleurs abdominales.
  • Le plomb est dangereux pour tous, mais les risques sont majeurs pour les femmes enceintes (fausse-couche, naissance prématurée, bébé de petit poids et déjà intoxiqué, le plomb traversant la barrière placentaire) et les jeunes enfants qui ont un comportement main-bouche et sont en plein développement : effets délétères sur le système nerveux central (impact sur les capacités intellectuelles, le comportement, etc), sur les organes de reproduction (risque de retard de la puberté, d’hypofertilité, altération de la production de spermatozoïdes…), ainsi que sur les reins, le sang, la tension artérielle, l’audition.
  • Nous pouvons tous être soumis à plusieurs sources d’intoxication (peintures anciennes, céruse, minium, alimentation en eau sous tuyau de plomb…) qui s’additionnent : le plomb est cumulatif.
  • Il n’existe pas de traitement probant, la prévention a donc un rôle majeur.

Conseils dans la situation actuelle

  • Faute de dosage de l’air autour de Notre-Dame et sous le panache de fumée lors de l’incendie, faute de cartographie de l’imprégnation actuelle à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments, de l’air, des sols et de l’eau et en l’absence de mise à disposition de centres de dépistage dédiés, c’est à chacun de juger s’il est ou s’est trouvé dans un environnement à risque et de consulter un médecin ou un service hospitalier pour faire pratiquer une plombémie dans les plus brefs délais en particulier pour les mineurs et les femmes enceintes ou en âge de procréer.
  • En attendant les mesures publiques efficaces de nettoyage par des professionnels correctement équipés (cf aspirateur à filtre absolu) : 
    • Eviter autant que faire se peut de fréquenter les lieux susceptibles d’être contaminés au plomb, surtout les jardins et les pièces avec moquette et revêtements textiles, en éloigner les jeunes et les femmes enceintes.
    • Laver fréquemment les mains, le visage et les cheveux, couper les ongles courts.
    • Laver régulièrement les vêtements, chaussures, doudous, jouets et poussettes.
    • Dans les logements, parties communes, bureaux et boutiques : laver tout ce qui peut l’être, bannir l’aspirateur et le balai, essuyer les meubles, rebords de fenêtre et sols avec des linges humides, mais ne pas laver à grandes eaux, couvrir les livres et objets non lavables avec des toiles.

Notre Dame de Paris . Communiqué du 25 avril 2019

L’AFVS alerte sur les risques d’intoxication par le plomb

Suite à la combustion de la charpente de Notre-Dame de Paris et de sa flèche, qui contenait à elle seule 250 tonnes de plomb, de nombreuses particules toxiques ont été rejetées. Les unes sont restées sur place, les autres, volatiles, ont été emportées par le vent. Tout laisse à penser que certaines de ces particules toxiques se sont déposées sur le sol et dans l’eau, venant s’ajouter aux diverses pollutions entraînées par l’eau utilisée par les pompiers pour maîtriser l’incendie, contaminant ainsi la Seine.

L’AFVS en tant qu’association de lutte contre le saturnisme, demande aux pouvoirs publics, et notamment au ministère de la Santé, d’agir de toute urgence.

Elle exige que des moyens soient déployés pour que des analyses de l’air, des sols et de l’eau soient très rapidement faites et publiées, et ce, non seulement à Paris, (y compris à l’intérieur des logements, bureaux et boutiques du quartier attenant à Notre-Dame), mais également en régions, et que les résidus de plomb (et des autres matières toxiques) restés à l’intérieur de la cathédrale soient traités et déblayés avec les précautions et les protocoles qui s’imposent.

Nous sommes particulièrement inquiets des conséquences de telles pollutions pour les personnes qui se rendent dans la zone du sinistre, a fortiori, pour celles qui y ont travaillé, y travaillent ou y travailleront (pompiers, policiers, personnels de la cathédrale, des secours et du déblaiement, travailleurs du bâtiment…), et pour celles qui y habitent L’AFVS demande que soient respectées les règles touchant à l’information et la protection des travailleurs, applicables en matière de droit du travail, consultables notamment auprès de l’INRS ou sur le site de l’AFVS.

L’AFVS demande que la population soit rapidement informée sur lesrisques d’intoxication par le plomb qui, inhalé ou ingéré, provoque le saturnisme, une maladie grave à déclaration obligatoire, aux effets très néfastes pour tous, mais surtout pour les jeunes enfants et pour les femmes en âge de procréer ou enceinte.

Sans signe clinique spécifique le saturnisme ne peut être diagnostiqué qu’à partir d’une prise de sang (plombémie), réalisée sous prescription médicale. L’AFVS demande que des centres d’information couplés avec des services de dépistage habilités à effectuer ces prises de sang soient mis en place.

Par ailleurs, l’AFVS conseille aux personnes qui ont ramassé des projections de débris lors de l’incendie, de considérer qu’ils peuvent contenir des particules toxiques et donc de les tenir hors de portée des enfants, d’éviter de les manipuler et de se laver soigneusement les mains après les avoir touchés.

Enfin, l’AFVS demande que soit appréhendée publiquement la question de la reconstruction de Notre-Dame de Paris en intégrant des impératifs de santé publique qui doivent conduire à privilégier l’usage de matériaux présentant les meilleures garanties à cet égard. De toute évidence, le plomb n’en fait pas partie.

Contact : 09 53 27 25 45 afvs@afvs.net

La juridiction de l’Union européenne juge illégale une autorisation de chromates de plomb accordée par la Commission (affaire T-837/16 Suède/Commission)

La Commission Européenne avait autorisé une société canadienne, Dominion Colour Corporation DCC,  à vendre  en Europe des pigments pour peinture contenant des produits chimiques pourtant connus comme  hautement dangereux. Il  s’agissait de jaune, Pigment Yellow 34, et de rouge, Pigment Red 104. Ces pigments sont à base de chromate de plomb, ou de chromate-molybdate-sulfate de plomb, contenant donc du plomb, neurotoxique, et du chrome VI, cancérigène bien connu. Les enfants sont particulièrment sensibles à l’exposition au plomb, les effets sur la santé sont en général irréversibles, et ont un impact tout au long de la vie. Les chromates de plomb sont aussi extrêmement toxiques pour la vie aquatique.

Avant que ces produits ne soient soumis à  autorisation,  huit entreprises avaient déclaré les diffuser. En février 2012, ils ont été ajoutés à la liste des produits hautement préoccupants, et ils étaient dorénavant soumis à autorisation. DCC a été  la seule société à demander une autorisation de mise sur le marché de l’Union Européenne de ces pigments. Elle présentait la demande pour les peintures de signalisation routière et pour un certain nombre d’autres applications, telles que les conteneurs pour déchets pharmaceutiques, des machines agricoles, des grues, des ponts en acier… Annoncées comme non destinées à l’utilisation par des consommateurs, laissait entendre qu’elles devaient être mises en oeuvre dans un cadre professionnel.

Le Tribunal, juge européen de première instance, a annulé l’autorisation donnée par la Commission. Il rappelle que l’entreprise qui demande une autorisation de mise sur le marché européen d’un produit en principe interdit, et donc soumis à autorisation, doit prouver qu’il n’existe pas de solution de remplacement plus sûre. Il souligne aussi que la Commission n’avait pas été au bout des investigations qui lui incombaient quant à la recherche d’une telle solution de remplacement. Le Tribunal avait été saisi par la Suède, qui avait mis en avant qu’elle avait proscrit les pigments en cause depuis 30 ans, ce qui démontrait qu’on pouvait s’en passer. La démarche suédoise avait été soutenue aussi par la Finlande, le Danemark et le Parlement Européen, et des entreprises avaient également fourni des informations sur les procédés de remplacement qu’elles utilisaient, alors que la Commission semble bien s’être contentée des  informations et affirmations fournies par DCC.

La Commission avait demandé un délai pour réexaminer la demande de DCC, ce qui lui a été refusé. L’annulation de l’autorisation a donc été déclarée à effet immédiat.

Différentes organisations de protection de l’environnement (ClientEarth, Le BureauEuropéen de l’Environnement EEB, le Secrétariat International de la Chimie Chemsec, et le Réseau International pour l’Elimination des Polluants Organiques Persistant IPEN) ont salué cette décision du Tribunal Européen rendue le 7 mars 2019,  véritable gifle infligée à la Commission, pour son autorisation non seulement laxiste, en permettant à DCC de donner plus tard les preuves du caractère non substituable de ses pigments, mais carrément illégale.

  • ClientEarth est une ONG créée en 2008, implantée principalement à Londres, Bruxelles, Varsovie, qui mène des actions juridiques pour la protection de la nature, et a notamment gagné un procès intenté au gouvernement britannique concernant la qualité de l’air.
  • EEB est une ONG créée en 1974, basée à Bruxelles, qui regroupe environ 150 organisations de tous les pays de l’Union Européenne et de quelques autres, et qui est très axée sur les problèmes de climat, de gaz à effet de serre, d’énergies renouvelables.
  • IPEN  (International POPs EliminatioN,  POP signifiant Polluants Organiques Persistants) est une organisation basée en Suède, dédiée à l’élimination des polluants. Elle est constituée d’un réseau mondial de plus de 500 organisations dans environ 100 pays, principalement en développement. Elle a en particulier établi une carte des pays où l’on trouve des peintures contenant du plomb, visible sur son site ipen.org.
  • ChemSec a été créé en 2002, est basé en Suède, qui lui apporte son soutien y compris financier. Il oeuvre pour une amélioration des contrôles réglementaires des produits chimiques. Il fait partie du comité directeur d’IPEN et est membre d’EEB. Il a élaboré différents documents permettant de repérer assez facilement les produits dangereux, leurs propriétés au regard de la réglementation européenne, leurs fabricants, et les alternatives possibles. Tout cela à partir d’une SIN list, jeu de mots entre Substitute It Now ( = remplacez le maintenant) et le mot anglais Sin = péché.